Les mauvais perdants

Je me souviens qu’à l’époque, c’était il y a plus de vingt ans, où je prophétisais que les sociétés européennes risquaient fort de connaître à nouveau une période marqué par la résurgence de politiques autoritaires, ultranationalistes et xénophobes, on me prenait gentiment pour un paranoïaque. Je m’en tirais par une boutade en disant que les paranoïaques avaient souvent raison. À chaque élection depuis, les mêmes qui souriaient en m’écoutant débiter mes sombres prédictions se répandent en cries d’orfraie contre le danger imminent d’une montée du fascisme – et une fois les élections passées, reprennent tranquillement le cours de leur existence, s’accommodant fort bien des douces dérives sécuritaires des régimes démocratiques, de la libéralisation sans réserve du droit du travail, de l’emprise sans cesse croissante de la logique du capital et du consumérisme sur les vies quotidiennes, et des systèmes de surveillance qui viennent creuser jusqu’aux plus intimes de nos intimités. La conscience politique de ces donneurs de leçon suit très exactement les épisodes du spectacle politique : elle se manifeste par soubresauts, s’éveille et se rendort, puis s’éveille à nouveau. On s’indigne (comme disait l’autre), puis on s’accommode, jusqu’à la prochaine indignation, toujours éphémère, et sur la foi de celle-ci, on s’autorise à faire la leçon à tous les autres, ceux qui ne s’indignent pas autant, ou pas avec les mêmes arguments.

 

Bref.

Un des derniers livres du très grand écrivain portugais José Saramago, ouvrage absolument hilarant, intitulé La Lucidité, décrit une situation «fantastique» qui voit l’immense majorité de la population d’une grande ville (Lisbonne) s’abstenir à l’occasion d’une élection. Où plutôt, et c’est encore pire, ils votent blanc. Le pourcentage de votes blancs est effarant, le quorum n’est donc pas atteint, et le résultat des élections ne peut être proclamé. Les partis traditionnels se réunissent en urgence, et faisant fi de leur dissension habituelle, en appellent à un nouveau vote. Même résultat, en pire. Les citoyens de cette ville se sont tous transformés en des émules de Bartleby : «ils ne préfèrent pas». Troisième session électorale, qui confirme les deux précédentes en l’aggravant. Les partis traditionnels, mauvais perdants, décrètent l’état d’urgence et font donner la police et l’armée, lesquels ferment les frontières de la ville: en les privant de tout contact avec l’extérieur, en évacuant toute institution, nul doute que les citoyens rebelles finiront par se rendre à la raison et, le chaos et l’anarchie ne manquant pas de s’installer, finiront par regagner le giron de l’État. Mais ça ne se passera pas tout à fait comme ça. De manière finalement assez spontanée, presque par instinct, les citoyens rebelles organisent une société de type anarcho-communiste (qui fait penser à ces quelques mois uniques dans l’histoire occidentale où la catalogne espagnole vécut réellement une expérience de collectivisation généralisée, marquée par une très nette inspiration anarchiste).

 

Chacun a sa propre histoire politique. Elle se nourrit à la fois des grands récits du passé, des compositions actuelles du pouvoir mais aussi, et surtout, de sa propre situation socio-économique. S’y croisent de manière indémêlable une plus ou moins vague conception du bien collectif – le bien qu’on voudrait aux autres -, et la considération de ses intérêts personnels. Le dispositif fictionnel qu’avait proposé John Rawls, le fameux «voile d’ignorance», n’est qu’un dispositif fictionnel, l’importance qu’il accorde à la conscience morale ne résiste pas à l’épreuve des faits et peine à saper les fondements des logiques utilitaristes. Parce qu’on ne peut pas évacuer d’un coup d’un seul les rapports de pouvoir, de domination, d’expulsion et d’exclusion. C’est à chaque fois la même rengaine : les possédants en appellent à la conscience du bien général, invitant les masses à voter pour leurs représentants, ce faisant, non seulement les masses votent contre leur intérêt propre, mais elles se tirent aussi une balle supplémentaire dans le pied, si ce n’est dans la tête. Il s’agit bien, comme la propagande en faveur du vote « raisonnable » ne manque pas de le rappeler, d’une logique sacrificielle : allez voter pour celui qui vous appauvrira tant et plus, allez voter pour celui qui ne manquera pas de consolider les rapports de force au sein de la société, d’affermir les plus favorisés et de précariser plus encore les moins favorisés, allez voter pour les patrons, les multinationales, les maîtres du jeu financier, parce que tel est le bien général. Aux perdants du libéralisme, on demande donc d’oublier leur condition, et de porter au pouvoir une fois encore ceux-là même qui les oppriment. Les responsables de leur misère eux, ne sacrifient rien en votant pour leur candidat et jamais n’oublient dans l’affaire leur intérêt particulier, mais, cerise sur le gâteau, en agitant le spectre brun du risque fasciste (qui ne les dérange pas outre mesure en d’autres circonstances), se drapent de la robe de la bonne conscience morale : ils ont, comme toujours, le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière en sus. Et les moyens de leur propagande (puisqu’ils sont aux premières loges dans les médias, qu’ils possèdent au demeurant).

 

Les adversaires de l’abstentionnisme, les fameux «chiens de garde», qui semblent se réveiller, comme je l’écrivais au début de ce texte, d’une longue torpeur politique, à laquelle seul le spectacle électoral télévisé parvient à mettre un terme, se réclament donc du bien général : on accuse les abstentionnistes de faire passer la considération égoïste de leur propre intérêt plutôt que d’embrasser le bien général (qui s’exprime de manière purement négative : empêcher la victoire d’un parti supposé fasciste). On les voue aux gémonies, ces disciples de Bartleby (qui ne préfèrent pas) : ils sont supposés «jeunes» (j’ai 49 ans, et je connais des abstentionnistes bien plus âgés que moi), et donc forcément «irresponsables», font passer leurs idéaux irréalistes avant le bien commun, n’ont aucune culture politique, aucune mémoire de l’histoire avec un grand H. Ce pourquoi on leur rappelle les horreurs du nazisme par exemple, qu’ils ont manifestement oublié (on a également oublié soit dit en passant que les mouvements antifa, que le pouvoir adore massacrer, n’ont jamais cessé de taper sur les fascistes d’hier et d’aujourd’hui, pendant que les donneurs de leçon se préoccupaient surtout de leur notoriété, de leur carrière, et de leur compte en banque.) Une autre cite Gramsci (encore une philosophe !) : « Il ne peut exister seulement des hommes, des étrangers à la cité. Celui qui vit vraiment ne peut qu’être citoyen, et prendre parti. ». C’est gentil de considérer que nous, les abstentionnistes, ne vivons pas vraiment. Et les psychanalystes (ils se nomment ainsi) sortent leur pétition pour informer on ne sait qui (leurs patients, leurs collègues) de leur opinion forcément mûrement réfléchie (je suis psychanalyste, ce pourquoi ce genre de déclaration me désespère). J’oubliai cette écrivaine fameuse dans les salons parisiens qui se rêve soudain en Jean-Paul Sartre, et déclare : «Si nous ne faisons pas ce minimum[voter Macron], alors là, nous sommes des salauds.» Sans oublier, titrent les journaux, «les artistes», «les universitaires», etc. Pour tous ceux-là, les abstentionnistes déraisonnent : c’est normal puisque aucune de ces plumes péremptoires ne prend leurs raisons au sérieux. n’en jetez plus la coupe est pleine. ha si, tout de même, un autre philosophe (enfin, professeur radio-télévisuel de philosophie) pour qui les abstentionnistes sont des fainéants et des gagnes-petits, des snobs et des enfants gâtés. Le candidat de la droite républicaine, E. Macron, ne dit pas autre chose dans son dernier discours : il ne serait pas que le président « des optimistes et des gagnants » mais aussi celui « des inquiets et des perdants ».

 

Alors «nous» autres, abstentionnistes, sommes donc des inquiets et des perdants. Si on prend pour critère la réussite économique et le degré d’adhésion aux valeurs de la société néolibérale, c’est en effet probable. On dit aussi que beaucoup d’électeurs du Front National sont des «perdants» de la mondialisation. Les uns ajoutés aux autres, ça fait dites moi beaucoup beaucoup de perdants. Comme si ces perdants en nombre considérable devaient exister comme tels afin qu’il y eut des gagnants, une minorité certes, mais qui, effectivement, n’ont pas eu à se plaindre des dernières décennies politiques. Les électeurs de Marine le Pen sont des abrutis incultes néo-nazis et les abstentionnistes des irresponsables idéalistes, égoïstes : tous sont non seulement des perdants mais des mauvais perdants. Ce pourquoi on peut les mettre aisément dans le même sac.

 

Attention toutefois à ne pas trop charger le sac en question – se pourrait bien qu’il craque un de ces jours, et pas dans très longtemps. En reléguant aussi bien les électeurs du Front National que les abstentionnistes du côté de l’ignorance, de la déraison et de l’irresponsabilité, les élites confirment ce que le peuple ne faisait que supposer : qu’elles méprisent profondément le dit peuple, indigne de la démocratie dont il jouit. Car un bon démocrate devrait savoir pour qui voter – voter Le Pen ou ne pas voter, c’est être un adversaire de la démocratie – ce qui ne laisse pas beaucoup de choix.