Quelques mots de l'auteur

Ce bref récit reprend à nouveau frais, après Un Débarras, cette affaire de mémoire fallacieuse. Le narrateur, ou l’auteur, comme il vous plaira, se focalise sur un évènement qui s’est produit dans ses jeunes années : le vol d’une automobile. Il s’efforce d’inscrire cet épisode isolé dans un récit en déroulant la chronologie des faits qui l’ont précédé. Empêtré dans une vaine tentative pour donner du sens et sauver ce qui peut l’être, sa probité dira-t-on, tout en s’efforçant à l’honnêteté et convoquant de vieux démons, ce programme littéraire finit évidemment par s’effondrer : un récit – celui-ci pas moins qu’un autre – demeure une version des évènements provisoire, biaisée par la disposition du narrateur à tolérer la vérité.

alpestres

Infos

Éditeur ‏ : ‎L'Orpailleur (2016)
Langue ‏ : ‎ Français
Relié ‏ : ‎ 70 pages
ISBN-10 ‏ : ‎ 979-10-92667-40-0
Licence : CC BY-NC-SA 4.0 Deed / Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - 
Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

extrait alpestres 1

Une lecture

Dans cet étonnant petit livre, un homme actuel se souvient. Il tente de retrouver ses départs par divers moyens et chemins, dont l’écriture. Son récit, au demeurant, part d’un repas de famille, où des histoires sont racontées. Lui, il reste seul. Il écrit. Il évoque une voiture volée, l’éventualité de travailler au chantier d’une station, des lieux alpestres, des personnages… Il remonte plus tôt, puis plus tôt encore, il va à la recherche d’un temps pas perdu, mais pas retrouvé, qui existe à vif par l’écriture, fait boucle, met en marche les phrases, comme le lecteur, qui part, heureusement seul, à travers ces Alpestres, et dans un grand morceau de France, familière et réinventée, toujours antérieure, et à venir, qui est la langue, régulière et folle à force de rythme, par l’insistante aventure d’un désir d’écrire. Bien entendu, des femmes paraissent. Hélène naturellement, qui donne un seul baiser au narrateur, mais qu’il manque en raison de son impatience et d’une dernière nuit qu’elle accorde à un homme. Sa mère, évidemment, à qui il demande paroles, comme au fond de la mort. On songe à Ulysse, sans mythologie, avec chemin retour, ressacs, vertiges, et luttes réelles. Tout se lit, se retourne, se perd et se trouve, mobilis in mobile, dans le texte, qui se boucle sur un repas de famille, qui est l’origine et le cours du monde, puisqu’il faut toujours se mettre à table avec l’intime lointain pour pouvoir ne pas dire, donc écrire, jusqu’aux derniers mots, « l’incroyable quand on y pense ».
Yves Le Pestipon

extrait alpestres 2

Extrait

«Nous jouions au tennis de table, durant une bonne heure, immanquablement chaque soir, tous les deux, Hélène et moi, Hélène gagnait toujours, elle jouait me semble-t-il remarquablement, elle excellait dans l’art du contre, au contraire de mon jeu, centré sur l’attaque,­ et, dois-je admettre, inutilement spectaculaire. On dirait­ que tu tiens une raquette de tennis, disait-elle, une de ses rares paroles­ car elle ne disait pas grand chose, et moi non plus, nous jouions au tennis de table, j’ignore comment et pourquoi et d’où cette lubie nous étaient venue, car j’ai parfaitement oublié notre rencontre, et la seule chose dont je me souviens, c’est de ces interminables parties, chaque soir, je sais aussi que depuis ce temps-là, à chaque fois que je peine à trouver le sommeil, il me suffit de faire ce rêve machinal, je joue au tennis de table avec ou sans Hélène, et je finis par m’endormir, le souvenir que j’ai d’elle est vague et partiel, son visage, son corps, je ne m’en souviens plus, mais je me souviens assez bien de ses mains, et de ses doigts extrêmement fins, sur lesquels on devinait le filet bleu des veines, d’Hélène, c’est tout ce qui me reste, car après tout nous n’avons jamais fait l’amour, et d’elle je n’ai jamais eu droit à autre chose que ces parties de tennis de table et un baiser tandis que je m’étais approché d’elle, de l’autre coté de la table de tennis de table, pour aller ramasser une balle à ses pieds, mais étrangement, ce baiser, d’une certaine manière, pourrait être le point de départ de cette histoire, j’aurais pu tout aussi bien commencer ce récit par ce baiser, ce baiser furtif au bord de la table de tennis de table avec Hélène,...»

Licence Creative Commons

Licence : CC BY-NC-SA 4.0 Deed / Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - 
Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Cet epub est distribué sous licence CC BY-NC-SA 4.0 Deed (Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International)

Ce qui signifie que vous êtes autorisé, et même vivement encouragé, à partager ce fichier epub, le copier, le distribuer et le communiquer par tous les moyens,
mais aussi à l'adapter, le transformer et créer à partir du texte original une oeuvre nouvelle. EN RESPECTANT LES CONDITIONS SUIVANTES :
1. — Vous devez créditer l'Œuvre, intégrer un lien vers la licence et indiquer si des modifications ont été effectuées à l'Oeuvre. Vous devez indiquer ces informations par tous les moyens raisonnables, sans toutefois suggérer que l'Offrant vous soutient ou soutient la façon dont vous avez utilisé son Oeuvre.
2. Vous n'êtes pas autorisé à faire un usage commercial de cette Oeuvre, tout ou partie du matériel la composant.
3.Dans le cas où vous effectuez un remix, que vous transformez, ou créez à partir du matériel composant l'Oeuvre originale, vous devez diffuser l'Oeuvre modifiée dans les même conditions, c'est à dire avec la même licence avec laquelle l'Oeuvre originale a été diffusée.
4. Vous n'êtes pas autorisé à appliquer des conditions légales ou des mesures techniques qui restreindraient légalement autrui à utiliser l'Oeuvre dans les conditions décrites par la licence.

Phone

06 51 07 13 04

Address

12 Grand'Rue
63160 Mauzun
France