AUTEURS

Raphaël Le Scouarnec

Raphaël Le Scouarnec naît en Bretagne où il grandit. Puis sa famille nombreuse s’installe au Mirail, à Toulouse. Élève brillant, délinquant juvénile. À 17 ans, rupture définitive avec l’école et premier grand amour. Une adolescence tumultueuse, évoquée dans son premier roman, introuvable aujourd’hui.
Joue dans un moyen-métrage en Belgique, adapté de sa nouvelle, « Mitra 15 ».
Écrit des chansons, notamment avec Franck Darcel (Marquis de Sade, Étienne Daho). Compose et chante.
Travaille à la ferme, en usine, en intérim, au noir, en bureau, avant de devenir journaliste pour la presse jeunes.
Est également peintre sous le nom de Caritino

André E. Royer

André E. Royer par D. Journet-Ramel

Après des études de langues et de théâtre, André E. Royer se consacre pendant vingt ans au métier de metteur en scène. Dans ce cadre, il écrit de nombreuses pièces en commande et signe des adaptations et des traductions.
Il finit par revenir à ses premières amours, l’écriture de romans, qui l’avait pris à l’âge de onze ans. Depuis il s’y consacre corps et âme, après avoir laissé les premiers chapitres de sa vie loin derrière lui.

Hervé Madaya

Hervé MadayaNé à Lolodorf dans le Sud-Cameroun, Hervé Madaya a vécu à Yaoundé, où il découvre la littérature en participant à divers ateliers, alors qu’il écrivait depuis l’adolescence. Il rencontre son éditeur François Nkémé, et publie son premier roman Sur la trace de Saër en 2009, puis d’autres ouvrages, parmi lesquels Le Bleu de mon regard, un recueil de textes poétiques accompagnés des photographies africaines de Georges. A Bertrand.
Après une brève activité de directeur de collection aux éditions Afrédit à Yaoundé, il s’installe en France en 2017 à la parution, à Paris, de Esclaves aux Trois-Rivières chez Les points sur les I.
Travaillant désormais à la Protection de l’enfance, Hervé Madaya est le même dans sa vie professionnelle que dans son travail d’écrivain. L’exclusion, l’enfance maltraitée, les violences faites aux femmes, la quête identitaire, sont des thématiques récurrentes dans ses écrits. Avec Où se cache l’aube pendant la nuit, écrit à la première personne, il explore avec puissance l’intériorité féminine, définissant lui-même ce roman comme « le cri de la survie, pour ne pas se perdre dans sa nuit ! ».

Hubert Delahaye

Hubert Delahaye pour site

Hubert Delahaye est né en 1949. Tôt parti de Bretagne pour découvrir le monde, il s’est intéressé surtout à l’Extrême-Orient et a principalement publié des articles et ouvrages de sinologie classique. Son goût pour la fiction l’a cependant poussé vers d’autres aventures, celles-là imaginaires, où il se plaît à jouer avec des récits libérés des contraintes académiques et des notes en bas de page : un espace où apparaissent une réalité transformée et des héro(ïne)s à la fois fort(e)s et fragiles confronté(e)s à des drames dont l’Histoire ne parle pas.

Sylvie Aubriot

Sylvie AUBRIOT pour site

Après une enfance en Périgord et des études à Limoges et à Lyon, Sylvie Aubriot a choisi de vivre en Ardèche où spéléologie et préhistoire lui ont fourni la matière de ses premières publications.
Parallèlement à ses travaux d’écriture, elle a enseigné les mathématiques à Aubenas, suite logique à sa formation universitaire.
Elle passe maintenant ses hivers sur les pistes nordiques. Les trois autres saisons, elle a les pieds sur les chemins de randonnée, les yeux sur les pages imprimées et les doigts sur les claviers d‘un piano ou d’un ordinateur.
Elle continue à écrire ce qu’elle aime lire, des romans.

 

Christophe Samarsky

Samarsky (1)Christophe Samarsky vit en Champagne-Ardenne. Il commence à fréquenter la littérature à un âge entièrement voué à la nuit, l’âge des concerts acoustiques dans des usines désaffectées, des parties d’échecs dans les wagons déserts au bout des voies ferrées, et des walkmans à cassettes. Aujourd’hui, il exerce l’écriture, la musique et la pédagogie. Auteur de travaux sur la littérature et la philosophie contemporaines, il est également chanteur, instrumentiste, fondateur du projet musical Corso (post-punk, darkwave).Écrire et composer, c’est pour lui une seule et même pratique obsessionnelle, crépusculaire et orageuse, c’est aussi ouvrir une zone de hantises où Schopenhauer, le Krautrock et Zappa, Aloysius Bertrand et Morton Feldman ou encore Deleuze et la new-wave, squattent et passent au milieu d’un tas d’autres, éphémères, clandestines, ou à venir.

 

Laurence Chaudouët

Laurence ChaudouëtLaurence Chaudouët est née en 1959 en Seine-et-Marne, près de la forêt. Elle écrit depuis le début de l’adolescence, des nouvelles, des romans, des poèmes, et quelques essais. Après des études de Lettres et de Philosophie, elle enseigne une quinzaine d’années en lycée. Elle publie ses premières poésies en 1987 dans la revue Vivre en poésie de Jean-Pierre Rosnay. Son premier roman édité, Le roman de Petra, a paru en 2010, aux éditions Kirographaires.
On peut lire ses poésies dans plusieurs revues, Voix d’encre, Comme en poésie, Cabaret, Littérales, sur le site de la revue Recours au poème, et dans quatre recueils poétiques. Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées, notamment dans la revue L’Ampoule. Deux d’entre elles ont été primées récemment : Les fleurs, prix Pampelune 2021 ; Le cerf-volant, recueil Donnez-moi de vos nouvelles, France Libris 2020.
Retrouvez les références de ses livres et des extraits de ses œuvres à l’adresse : criduhomard.over-blog.com/.

Emma Yvrard

Image EmmaNée en 2001, Emma Yvrard fait ses études de langue et de lettres à Caen, où elle apprend l’islandais et le suédois.
Elle est passionnée par le sens des lettres qui s’enchaînent pour former des sons, par les voix et les vibrations de l’air, par les mots qui détruisent, guérissent, réparent, et elle cherche à écrire les souffrances humaines pour en faire quelque chose de plus lumineux, de plus artistique, de plus doux, quelque chose au contact de quoi l’on ne se brûlerait plus.

Nathalie Straseele

Image NathalieNathalie Straseele s’exprime par l’écriture, le dessin et la peinture depuis son enfance. C’est pour elle une passion, une ressource et un outil.
Née dans les Flandres belges, elle habite près de Toulouse depuis une vingtaine d’années. C’est après une formation initiale et une première carrière en pédagogie, sciences humaines et de l’information, qu’elle entreprend en 2010 une carrière d’artiste indépendante.
Son œuvre est à la fois profonde, légère, et engagée. Son travail met en perspective l’importance de faire avec l’expérience humaine, en laissant la place au sensible.
Six ouvrages de littérature (conte, nouvelles, romans courts) sont aujourd’hui publiés, principalement aux éditions az’art-atelier.
Visiter son site

Pascal Carrère

Pascal CarrèreNé le 2 mai 1963 à Toulouse dans une famille d’enseignants, Pascal Carrère est marié et père de trois filles.
Il a successivement résidé en Tunisie, au Mali, en Colombie, en Turquie, au Viet Nam, en Amérique Centrale, aux Émirats Arabes Unis, au Burkina Faso, en Afrique du Sud et au Panama. Il vit actuellement en France où il achèvera peut-être sa carrière professionnelle.
Renouer les liens est son quatrième roman publié dans la collection.

Eugénia Jeltikova

EJeltikovaNée quelques mois avant la fin de l’URSS, Eugénia Jeltikova a grandi au rythme d’allers-retours entre Saint-Pétersbourg et Kiev, dont elle garde des souvenirs de forêts, de cueillettes sous la pluie, de ronces et de groseilles, et de vieux wagons interminables. Dans une école de la banlieue parisienne, elle a découvert, appris et aimé la langue française. Ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de lettres classiques, elle prépare actuellement une thèse de littérature latine à l’université Paris-Sorbonne, tout en cultivant son intérêt pour la psychologie.
En 2016, elle a publié son premier roman, Par un jour de thé gris (Paris, éditions Cent mille milliards).

Eric Essono Tsimi

Photo EricÉcrivain et dramaturge camerounais, Eric Essono Tsimi réside en Virginie, aux Etats-Unis. Il a vécu au Canada, en Suisse, et bien sûr en France.
Il se dédie à la recherche littéraire et s’intéresse aux différents enjeux identitaires dans l’espace francophone.

 

Anna Maria Celli

16640883_716415565193897_6012805484436029632_nAérienne, furtive, le nez au vent, Anna Maria Celli s’adonne chaque jour à l’écriture. Peut-être pour séduire les nuages, comme une musicienne fait ses gammes, elle compose des poèmes (qu’elle appelle prières), concocte des nouvelles, trame des romans.
Semblant sortie d’un autre siècle, d’une image pieuse ou d’une carte de tarot, Anna Maria Celli trempe volontiers sa plume dans les recoins les plus fangeux du cœur humain.
Et si on lui accorde gracieusement le Bon Dieu, elle sollicite la confession du Diable, à la faveur de ses récits très noirs.
D’origine corse, née au Maroc, installée à Paris, Anna Maria Celli compose ses carnets de voyages intimes dans le bruit des autres et les promenades solitaires en pleine nature.
Elle pense que l’écriture est une invitation au questionnement, un chemin de connaissance de l’âme humaine, une expérimentation métaphysique. La substantifique moelle dont elle est boulimique.

David Fonseca

Photo David FonsecaDavid Fonseca se ramasse le plus souvent dans les silences qu’il se donne. Entre deux séquences, il apprend à marcher avec les doigts : écrire, pour gagner sur l’effondrement. C’est sa profession — enseignant-chercheur. C’est sa nécessité. Vivre, parce que c’est vingt fois sur le métier remettre l’ouvrage, il émigre ainsi d’une promesse à l’autre, avec l’épine sûre de l’écriture dans la main, pour accomplir sa propre énigme et étendre son merci aux pompiers involontaires de sa vie, à ceux qui le sauvent sans jamais le savoir.

Michel Lehoux

Quand il n’est pas dans son jardin à planter des sédum sur les toits, quand il ne passe pas ses soirées à lire et à bouffer des films en tout genre, ou bien encore quand il ne passe pas des après-midi entiers à grimper des voies d’escalade trop difficiles pour lui, et que la flemme ne le tiraille pas trop, Michel Lehoux, ce traficoteur de sons qui hélas travaille toujours, pense qu’il peut écrire, mettre enfin en forme le fourmillement de ses idées… son projet Archipels.

Jean M. Mathoul

(28/11/1952 – 04/07/2018)

Jean-pola Jean M. Mathoul est né en 1952 à Huy (Belgique). Artiste « multi-fonctions », il était membre fondateur du collectif musical et international à géométrie variable : 48 Cameras.
Il nous a fait l’honneur de nous confier l’édition de ses deux derniers romans (après ses livres parus précédemment chez Yellow Now au début des années 80)

 

Christophe Havot

ChristophFB Profil London02e Havot est né en 1964. Il vit en région toulousaine depuis de nombreuses années, tout en conservant des attaches profondes en Bretagne. Il a participé à divers projets pour lesquels il a produit des textes, des images, et même de la musique. De 2011 à 2020, il a animé le blog artistique atributetosoulseekers.blogspot.fr
De juin 2014 à octobre 2023 il dirige la collection L’Orpailleur chez az’art atelier éditions. Depuis octobre 2023, il dirige la maison d’édition indépendante L’Orpailleur.

Dana Hilliot

Dana Hilliot vit et travaille dans le Cantal. Il partage sa vie entre l’exercice de la psychanalyse, l’écriture et la marche à pied.

Le site de Dana Hilliot

Laurent Maginelle

pour présentation LaurentLaurent Maginelle peint et produit des images, pas nécessairement inspirées par la région de Dunkerque où il habite. Il est l’auteur de toutes les couvertures des livres de la collection.