Les linteaux sculptés : une spécialité de la Planèze et de Valuéjols

Les plus curieux auront sans doute noté ces pierres sculptées qui ornent nombre de bâtisses de la Planèze. Ces linteaux surmontant la plupart du temps les portes des granges ou des maisons, se trouvent aussi dans des endroits parfois incongrus, après avoir été déplacés au gré des reconstructions. Depuis une quinzaine d’années, Emmanuel Boussuge, quand son emploi du temps d’universitaire spécialiste du siècle des lumières et d’éditeur le lui permet, parcourt la Planèze à la recherche de ses témoignages parfois étonnants de l’architecture populaire. La conférence qu’il a donnée à ce sujet ce vendredi soir, devant une assemblée de 60 personnes, fut l’occasion d’une balade riche en découvertes dans les villages et le bourg de la commune : 167 linteaux datés ont été recensés sur Valuéjols depuis que ce travail, initié avec Pierre et Pascale Moulier, a débuté. Les formes géométriques, les décors végétaux, les fameuses corbeilles ou les cadrans solaires, marque des maçons de la dynastie Baduel qui sculptèrent bien des façades durant le XIXè siècle, ainsi que les noms des propriétaires ou des artistes, font de ces pierres de véritables petits bijoux d’art rural. Une exposition photographique sur les linteaux, accompagnée d’un jeu, est visible à la médiathèque jusqu’à la fin septembre.

Le plus ancien linteau retrouvé sur la commune est daté de 1655.

La conférence d’Emmanuel Boussuge à la salle de la Mairie.

Les commentaires sont fermés