L’ Environnement Naturel

Pour tout savoir des espèces végétales et animales sur la commune, consultez le site de l’inventaire national du patrimoine naturel, défini comme « l’inventaire des richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, minéralogiques et paléontologiques ».

La Haute-Planèze

La commune de Valuéjols est située sur de hauts plateaux basaltiques qu’on appelle ici la Planèze. Cette région qui s’élève à l’ouest de Saint-Flour et remonte jusqu’aux contreforts du Plomb du Cantal est délimitée par les vallées de l’Alagnon, de la Truyère, du Lagnon et de l’Epi. Ce plateau dont l’altitude varie entre 1000 mètres et 1400 mètres, est né de l’effondrement de la caldeira des volcans du Cantal, il y a sept millions d’années. De cette grande cavité ont débordé de grandes quantités de laves, d’abord acides puis basaltiques, qui ont formé les plateaux vallonnés que nous connaissons aujourd’hui.

On considère que les communes de Paulhac, Valuéjols, Ussel et Laveissenet constituent, à l’ouest, la Haute-Planèze. En effet, le point culminant de la commune de Valuéjols s’élève à 1410 mètres, entre le buron des Combes et le Puy de Niermont.


 

Pâturages et zones humides

Ruisseau près du bourg

La commune offre un patrimoine environnemental exceptionnel et varié. La majorité des terres autour des villages et du bourg est consacrée à l’élevage, notamment bovin, et consiste en vastes prairies destiné au pâturage. L’heure étant à la remise en place de haies autour de ces prairies, la Planèze ressemble à certains endroits à une campagne bocagère. Le paysage, qui peut, vu des hauteurs, paraître plat et presque monotone, est en réalité ponctué de bosquets de pins disséminés ça et là afin que les troupeaux puissent s’abriter en cas de mauvais temps. Les cyclistes qui sont nombreux à parcourir le plateau savent bien qu’il n’est pas si plat qu’il en a l’air : en effet de nombreux petits vallons épousent le lit des rivières qui prennent leur source sur les hauteurs et alimentent des cours d’eaux plus imposants comme l’Ander aux bords duquel Saint-Flour s’est établi. Dans ces ruisseaux sont notamment établis les fameuses écrevisses à pattes blanches, considérées comme faune d’intérêt européen. « L’originalité de ce paysage de milieux ouverts et de bocages, tient à la présence de milieux humides. Le relief assez « plat », l’imperméabilité des substrats, alliés à un régime hydrologique souvent marqué par des épisodes tels que la fonte des neiges et une lame d’eau importante au printemps, crééent les conditions d’existence d’un réseau très développé de zones humides (plans d’eau, marais, prairies humides et prairies d’inondation. » (source : site Natura 2000 de la Planèze de Saint-Flour)


 

La Narse de Nouvialle

Narse de Nouvialle

À l’ouest de la commune, la Narse de Nouvialle est un vaste marécage de 250 ha, une zone humide protégée qui en cas de pluies importantes fait figure de petit lac. Au printemps, une faune diverse s’y installe et rend le site tout à fait remarquable sur le plan écologique. À cause de son sous-sol riche en diatomées, une roche utilisée dans l’industrie, le site est convoité par des sociétés d’extraction de minerais. La Ligue pour la Protection des Oiseaux qui milite depuis des décennies pour la préservation du site, a comptabilisé jusqu’à 150 espèces d’oiseaux, parmi lesquels des échassiers, des canards, des rapaces rares tels le faucon Koberz, le Hibou des marais, la Marouette ponctuée ou la Râle des genêts. Une grande diversité de plantes trouve place autour de la narse, dont certaines espèces rares comme le Flûteau nageant, et quelques animaux protégés, comme le Triton crêté. C’est une zone classée ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique) et Natura 2000 ( sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats)

La Narse de Nouvialle


 

Le bois des Fraux

Le Bois des Fraux en Hiver

c’est un des rares espaces boisés de la Planèze. On y trouve des pins sylvestres, des sapins, des épicéas communs, des mélèzes, et en sous-bois, de nombreuses fleurs : digitales, épilobes, myrtilles, framboise. Il se situe à l’ouest de la commune, après les villages de Saint-Maurice et de Brageac. C’est un lieu de promenade remarquable, aussi bien en été qu’en hiver (balades en raquettes). On y chasse en automne et les forestiers y travaillent toute l’année. Il est également réputé pour ses champignons, du printemps à l’automne.

Le bois des Fraux au printemps


Les Landes et la Montagne

Au-delà de 1200 mètres, à l’ouest des villages de Lescure et du Ché, c’est le domaine des estives. De vastes étendues de landes et de prairies, qui forment un milieu déjà montagnard. À partir de là, plus de routes goudronnées, mais quelques chemins qui filent à travers les pâtures, et relient les nombreux burons qui parsèment le paysage. En été, c’est le territoires des troupeaux et des randonneurs qui traversent la Haute Planèze pour aller en direction du col de Prat-de-Bouc par le GR 4, un des sentiers de randonnée les plus importants qui traverse la France de l’Atlantique à la Méditerranée. Au printemps et en été s’épanouissent les fleurs rares, comme les anémones printanières, les gentianes printanières et les gentianes jaunes. En hiver, les pentes douces de ce territoire unique accueillent les skieurs nordiques et de randonnée, ainsi que les adeptes de la balades en raquettes. Le village du Ché constitue l’entrée du domaine nordique, un réseau de pistes damées qui permet de skier, en skating ou en classique, dans la forêt du Ché et de rejoindre plus à l’ouest les pistes du col de Prat-de-Bouc. Ce domaine compte près d’une quarantaine de pistes pour tout niveau et ouvre ses portes quand l’enneigement l’y autorise.


Le parc des volcans d’Auvergne

La commune fait partie du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne qui s’étend sur cinq entités géographiques, des zones rurales de moyenne montagne : l’Artense, le Cézallier, les Monts du Cantal, les Monts Dômes et les Monts Dores. Valuéjols se situant donc à l’est des Volcans cantaliens, le plus grand massif volcanique d’Europe.

le Plomb du Cantal vu du Ché


 

Le climat

Compte-tenu de l’altitude de la commune, et de la protection dont elle jouit du fait de la présence imposante sur le flanc oriental des Monts du Cantal, Valuéjols bénéficie d’un climat continental sec, bien moins arrosé que la partie ouest du département, et typique des territoires de moyenne montagne. L’hiver peut donc durer près de six mois, et la neige est fréquente de novembre à mai. Sur les hauteurs, au-dessus de 1200 mètres d’altitude, ce climat garantit quasiment chaque hiver des étendues neigeuses, qui font le bonheur des adeptes de randonnées nordiques. Cependant, comme dans la plupart des territoires de montagne, les routes sont dégagées quand les conditions se dégradent et les habitants vivent tout à fait normalement ces longs hivers.
En contrepartie, les étés sont doux, et durent parfois jusqu’à la fin de l’automne, la commune bénéficie d’un été indien quasiment chaque année). De mai à septembre, on compte 5 à 6 jours assez ensoleillés par semaine, dont 2 à 3 très ensoleillés (source : Cantal Passion). Ceux qui craignent les fortes chaleurs et la canicule trouveront dans ce pays un refuge bienvenu. Les jardiniers ne s’inquiètent pas outre mesure de la brièveté de la saison, car les plantes semées et plantées plus tard que dans la plaine, croissent bien plus vite, et on n’hésite pas à y faire pousser des tomates (quitte à les protéger des gelées éventuelles à la fin du printemps ou au début de l’automne).


 

Plans


Agrandir le plan

Agrandir le plan

Agrandir le plan

Les commentaires sont fermés