Penser le contemporain : Zoopolis, imaginer une cité commune pour les animaux et les humains

Zoopolis ou « Des animaux et des hommes : imaginer une cité commune » ou encore : « Comment vivre (mieux) avec les animaux ? »

 

Depuis les premiers hominidés, la présence des animaux dans l’environnement est une constante de l’existence humaine. Les sociétés humaines et de nombreuses espèces animales vivent en co-dépendance, souvent vitale, pour le meilleur et pour le pire. Et, depuis l’art pariétal jusqu’aux tous premiers systèmes religieux et mythologiques, la figure animale est omniprésente dans les productions culturelles.

Dans le monde occidental contemporain, cette co-existence est toutefois devenue problématique à plus d’un titre : on connaît les revendications concernant le bien-être animal et celles, plus radicales, dénonçant toute forme d’exploitation des animaux. Le retour des grands prédateurs sur le territoire français suscite des débats sans fin, et certains en appellent sans sourciller à l’éradication du loup. Le fait le plus préoccupant, cependant, reste sans conteste la diminution extraordinaire de la biodiversité, qui menace de disparition un nombre considérable d’espèces vivantes (sans lesquelles l’humanité d’ailleurs ne saurait survivre).

Dans ce contexte sinistre, je vous propose de découvrir et commenter un texte paru au début de la décennie, rédigé par les philosophes canadiens Will Kymlicka et Sue Donaldson : Zoopolis, Une théorie politique des droits des animaux (récemment traduit en français). Il s’agit là d’un ouvrage très important qui permet de repenser à nouveaux frais et de manière très originale nos relations aux animaux. Comment pourrions-nous faire entrer les animaux en politique, c’est-à-dire leur accorder une place dans nos débats sur l’aménagement des territoires, au sein de la vie civile et citoyenne ? Comment imaginer les fondations d’une future « zoopolitis », incluant humains et non-humains ?

À lire sur ce sujet quelques réflexions publiées sur mon blog « dehors » :

En quel sens la perspective (anthropo-)zoopolitique est-elle novatrice ? http://outsiderland.com/dehors/?p=1595

Le droit d’habiter quelque part pour les animaux http://outsiderland.com/dehors/?p=1603

Écologie-fiction : rendre le sauvage invisible http://outsiderland.com/dehors/?p=1197