Tino

Tino, Stalone (Another Record 2002)

recorded with Nicolas Albin and Laurent-Emmanuel Girard

tino_record_120

 

download the full lp on archive.org

  1. The Afghan Exile
  2. Swap
  3. Super Hero
  4. Days
  5. Fuck the city
  6. No cowboy
  7. To go on
  8. Links
  9. A snake in his eyes
  10. Unemployment
  11. Full of darkness
  12. Christians
  13. Skylab

others records :

Tino, Honour and Disgrace (homemade 2001)

tino_honour-and-disgrace

 


Tino, Tenderness and Lust (homemade 2001)

tino_tenderness_and_lust

 


Chroniques

Popchild (Spain)

No ocurre demasiadas veces, pero ocurre de vez en cuando, que en medio del aburrido mercado discográfico, en medio de la publicación de discos aburridos, de grupos clónicos y de estilos calcados se cuela un disco que te llama ligeramente la atención. Artistas cuya música tampoco es un dechado de originalidad pero que te da algo que lo hace diferente al resto. Eso es lo que me ha pasado con e primer disco publicado por el enigmático grupo francés que se esconde bajo el nombre de Tino y que publica su primer álbum “Stalone”. Lo primero que llama la atención de Tino es que siendo un grupo francés todas sus influencias, a diferencia de la mayoría de grupos y artistas compatriotas suyos, sean anglosajonas, lo que les hace cantar en ingles, algo muy raro en el país vecino. Tino es un trío formado por Nicolas Albin, Laurent-Enmanuelle Girard y Vicent Seguret que realizan un pop reposado con una base ligeramente experimental, un pop hipnótico y atmosférico de ambientes nocturnos y oscuros que no esconde en ningún momento sus influencias, pero que a través de ellas saben crear un discurso propio. Desde el inicio con “Afghan Exile” que trae a la memoria a los mejores The Cure, con ese “Days” (musicando un poema de Philip Larkin, el poeta de la insatisfacción permanente) que podría ser perfectamente el eslabón perdido del paso entre Joy Division y New Order, el ambiente sosegado y acústico de “Fuck The City” y “Skylab”, retorciendo el sonido en “To Go On”, pero siempre con una voz nasal y arrastrada que recuerda a Arab Strab. Un grupo y un disco por momentos sorprendentes que ha roto mi monotonía cotidiana y que por ese motivo ya merece una atención especial y un seguimiento de futuras entregas.

Feedback-zine (Spain)

Llega un sobre a mi buzón con remitente francés. Se trata de un pequeño y primerizo sello llamado Another Records. Contenido igualmente galo, el debut de Tino, un proyecto abonado al miserabilismo sintético la poesía oscura , los asientos depresivos y atmósferas caóticas. La conexión directa nos lleva a ARAB STRAP, (idéntico timbre vocal y dicción por un lado , similares ambientes sonoros por otro), la indirecta a THE CURE (uno ve los dedos de Robert Smith tejiendo sus clásicos acordes) y, por extensión de ambos ejes, es inevitable el citar finalmente a JOY DIVISION. De ello ya nos percatamos en el primer corte, “The afghan exile”, con guitarras que parecen invocar el clásico “Pictures of You” y ese ritmo bailable que recuerda a cuando los CURE se ponían ídem, sensación ésta que se extiende por todo el trabajo. Unas veces intimando con el formato acústico ( “Fuck the city”) otras con el calvario existencial (“To go on”), a aveces creando una sorprendente síntesis de tonos sombríos y acordes que remiten al pop sixtie francés ( “A snake in his eyes”, “ No Cow boy”) o finalmente entregados al after punk ( “Unemployment”) terminan por completar un debut apreciable , que posiblemente cuando leas estas líneas tendrás ya continuación con el anunciado “I was a rabbit and I won”.

Javier becerra

Longueur d’ondes (France)

Les compositions de Tino ont pour base une guitare folk assortie de rythmiques électroniques. Certaines jouent sur des phrases répétées, d’autres ont des rythmiques plus relevée (« Days »). La voix est à la fois sombre et froide, et il faut tenter de faire abstraction du mauvais accent anglais qui a tendance à repousser. Dans la deuxième moitié du disque, d’excellents titres enregistrent de bonnes intuitions pour faire monter la tension. « Links », « Full of darkness », mais surtout « To go on » avec sa voix en retrait, son côté tendu et planant. « Skylab » ferme ce disque en une ballade dénudée à la guitare, basse et voix. Vincent Seguret mène ce projet mais annonce déjà un nouveau pseudo, Dana Hilliot, et une optique plus folk.

Moonpalace Fanzine (Spain)

A veces uno no puede más que agradecer al bendito que inventó el mp3, y es que rastreando internet, saltando de link en link, al final he llegado hasta uno de mis discos favoritos de la temporada, éste « Stalone » de los franceses Tino. Un trabajo que tomando como punto de partida la música de algunas de las bandas más emocionales y emocionantes de los últimos años, léase, The Cure, Arab Strap o Whipping Boy entre otras, crea un torbellino de sensaciones completamente irresistible. Ya desde el comienzo de « Afgan Exile » remitiendo a Robert Smith y los suyos, el trabajo va tomado unos derroteros de intensidad arrebatadores, la conexión Tino – Arab Strap de « Swap », « Fuck the City » o « Links » acentuada por un tono de voz cercano al de Aidan Moffat, o los ambientes enrarecidos, malsanos, oscuros (« Full of Darkness ») y los pasajes más potentes « Days » dignos de los mejores Whipping Boy se mezclan con las oscuras letanías y confesiones propias de Moffat y cía. Un trabajo sorprendente, no ya por lo que plantea, sino por la manera en que ha sabido sintetizar los que seguro son sus discos de cabecera, para de unas raíces a veces tan lejanas, crear un todo realmente coherente y arrebatador. Un trabajo que emana misterio e intensidad, un trabajo que no dejará indiferente a nadie. De los recitados confesionales a la intensidad post – lo que sea de unos temas que ganan a cada escucha, que me traen a la memoria algunos discos que tenía aparcados, pero que permanecían latentes en mi subconsciente, y que con éste « Stalone » han vuelto de nuevo a la primera línea de mi lector de compactos. Una pasada, vamos.

Juanra

Moonpalace fanzine (Spain)

Sometimes you just can’t but bless the guys who created MP3. ‘Cause digging the Net from link to link is the only way i could find my new favourite album: frenchmen Tino’s « Stalone ». Using as a point of reference some of the most emotional and moving bands from the last few years -such as The Cure, Arab Strap or Whipping Boy among others-, « Stalone » creates an storm of absolutely irressistible feelings. Evocating Robert Smith and fellows from the opening « Afgan Exile », this piece of work grows on paths of breath-taking strength. Tino’s roots – such as Arab Strap in « Swap », « Fuck the City » or « Links », get emphasized thanks to an Aidan Moffat voice lookalike and through the mood, dark and broody settings (« Full of Darkness ») and the harder passages of « Days », next to the very best of « Whipping Boy ». And everything under the dark litanys and self confessions from Moffat & Co. An amazing work, not only from it’s exposition but also in the way it synthesizes their favourite bands and albums. Thus, from a distant roots, it creates a whole, both fascinating and coherent. An album full of mistery and intensity that cannot fail to move anyone. Through the spoken confessions and the post-crying strength of it’s ever-growing songs, i’ve rescued many albums i left latent in my mind. Thanks to this « Stalone » they all are back on my cd’s player front line. Summing up: A-MA-ZING.

(trad.Miguel Angel S)

Underground Society (France)

Accrochez vous à ce disque si vous êtes un fans de prozac et de longue journée de déprime. La pop lo-fi bricolé, qui tiens plus de la wave et folk, nous rappelle combien il est bon de se plonger dans ce genre d’albums introspectif… Il existe dans ce disque des titres dont la moëlle nourissière s’abreuve de textes caustiques et sombres. Il appraît un disque intimiste et parfaitement adéquat avec le minimaliste ambient… Pour fans de musique bricolé et sombre…

Soit dit en passant (France)

Drôle de bonhomme que ce TINO, sitôt son LP « Stalone » remarqué, l’artiste annonce qu’il abandonne ce nom et publiera très bientôt un nouvel opus sous l’identité DANA HILLIOT. Qu’importe, nous serons là, car l’écoute de ce « Stalone » nous a définitivement conquis. 13 titres très léchés de pop minimale gonflée discrètement aux samples. TINO/DANA HILLIOT écrit des pop-songs sombres et envoutantes ; et il le fait bien.

Positive rage (France)

Tino propose une musique dans l’air du temps, croisement de divers éléments plus ou moins in: rythmes trip-hop, électro, refrains accrocheurs, structures pops et un peu de noisy-pop de temps en temps pour réveiller l’auditeur. C’est bien fait, la qualité est là, on ne peut pas le nier, mais Tino fait simplement des choix artistiques qui me laissent froids. Et c’est vrai que j’ai du mal avec ce chant maniéré qui se veut nonchalant…

Melodick (France)

Boites à rythme, voix grave, synthés et sonorités à la Cure (parfois), Tino plonge également dans un certain minimalisme New wave 80, sans, non plus, nous faire le coup de « c’était mieux avant « . Plus bidouillé (ce n’est pas non plus Sonic Youth) que Svenson dans ces apports électroniques, Tino y va aussi de quelques ballades qui effleurent l’esprit d’un Nickki Sudden ou d’un Nick Drake moderne. Là aussi un album atmosphérique, plus consistant grâce à une modernité un peu plus présente, Tino intrigue et donne envie d’en savoir plus. Seule la pochette est parfaitement ignoble.

Nadia/Bob M

Pop Page (Spain)

When you ask Vincent Seguret, French from Chauvigny (300 km to the south of Paris), and new label Another Record’s boss about his compatriots most known here in Spain (Dominique A, Yann Tiersen, Françoiz Breut, Bertrand Betsch…) he frowns and all of a sudden puts the cards of his catalogue and likings on the table: America. Folk. Rock. Exact coordinates that confirm how France makes envious at any level, musically speaking: France makes envious even not sounding French. The first label’s release, « Stalone », comes from the trio Tino, and from the very first « Afghan exile », a rebel warrior chant longing for freedom, refers us to Arab Strap. With brand new good ideas, but with the same skeleton (acoustic guitars) and muscles (sample loops) and a twang -texts in English- almost copied to Aidan Moffat’s. Less dark and claustrophobic as well. They improve drawing calm night atmospheres (« Fuck the city », with its robotized delay, turns out to be the best track), adorning melodic lines (more effects for « No Cow Boy ») or twisting the sound (« To go on », « Links » less). The more they are far from the obvious reference, the better they are; talent -unquestionable- shows more when allied with originality. Notable outstanding above average.

José

Pop Page (Spain)

Cuando le preguntas a Vincent Seguret, francés de Chauvigny (300 km al sur de París) y capo del nuevo sello Another Record por sus compatriotas más conocidos aquí (Dominique A, Yann Tiersen, Françoiz Breut, Bertrand Betsch…) frunce el ceño y rápidamente pone las cartas de su inventario y gustos boca arriba: América. Folk. Rock. Coordenadas exactas que confirman la envidia que da Francia a todos los niveles, musicalmente hablando: Francia da envidia incluso cuando no suena a Francia. La primera referencia del sello, « Stalone », viene de parte del trío Tino, y ya desde la inicial « Afghan exile », un canto rebelde y guerrero que anhela la libertad, remite directamente a Arab Strap. Con nuevas y buenas ideas, pero con el mismo esqueleto (guitarras acústicas) y músculos (loops de sample) y un timbre de voz arrastrado y nasal -los textos en inglés- casi calcadito al de Aidan Moffat. Menos oscuros y claustrofóbicos, también. Ganan trazando ambientes nocturnos y sosegados (« Fuck the city », con su delay robotizado, resulta el mejor corte), ornamentando las líneas melódicas (más efectos para « No cow Boy ») o retorciendo el sonido (« To go on », en menor medida « Links »). Mejor cuanto más alejados de la referencia obvia; el talento -indudable- luce en mayor medida aliado con la originalidad. Esfuerzo notable bastante por encima de la media.

José

Free Music (Tchéquie)

Před nedávnem jsem recenzoval 2CD kompilaci francouzské firmičky Another rec. – Sounds From An Old Country. Tino tam měli píseň Unemployment. Záměrně jsem se tehdy o jejich příspěvku nezmiňoval. Věděl jsem, že budu mít v blízké budoucnosti možnost referovat o jejich produkci na rozsáhlejším formátu. A tím je nyní jejich album « Stalone ». Na Sounds From An Old Country patřili Tino k tomu zajímavějšímu spektru účinkujícím a jedním dechem dodávám, že po poslechu « Stalone » se dá říct, že jsou na jejich řadovém albu přítomny ještě reprezentativnější kousky, než je zmíněný Unemployment. No, ale jak se říká: proti gustu žádný dišputát. Tedy ne, že by tito Francouzi sršeli jakkoli převratnými nápady a postupy – největším kladem jejich kytarové (pop)rockové muziky je její vyrovnanost a atmosféra, jež drží desku pohromadě. Písničky mají dominantní kytarový sound lavírující mezi « přírodním » a technologickým zvukem. Oba přístupy se dobře doplňují s hojně užívanou akustickou kytarou, která je té elektrické rovnocenným partnerem. To je patrné zejména v pomalejších věcech, kterých je na desce většina. Pravidelně probublávají kytarovým fundamentem elektronické zvuky, jenž mají za úkol nahrávku zpestřit. Osobně bych se elektronice nebál vyhradit větší prostor – zdá se mi totiž, že jsou Tino v tomto ohledu zbytečně opatrní. Velkým přínosem této desce je charismatický zpěvák, který je nepochybně inspirován temnou frakcí alternativního rocku 80. let (např. Joy Division, Birthday Party nebo ranné nahrávky The Cure a U2). Od jeho projevu se logicky odvíjí celková nálada alba chmury, noční můry skepse a snad někde hluboko i jiskřička naděje. A ještě něco málo ke zvuku bicích. Nevím, jestli jsou všude « živé », ale místy mají dost nepřirozený « chemický » zvuk.

Tisk článku

Autres directions (France)

Tino (pseudonyme utilisé par celui qui n’est autre que le teneur de la maison Another Record) est un personnage qui offre une musique très référencée par ses amours. Les guitares y ont la part belle, qu’elles soient acoustiques et sensibles ou électriques et plus coléreuses. Elles sont souvent soutenues par des batteries synthétiques, évoquant la pop anglaise 80′s (Felt, Echo and The Bunnymen) autant que le rock américain des 90′s (celui précité, mais aussi Pinback ou Joseph Arthur). En écoutant No Cow Boy, si l’on fait abstraction du rythme synthétique, on a la sensation d’écouter les Go-Betweens. Il y a certainement des lacunes techniques ici, notamment au niveau de la production, de la voix, souvent trop maniérée, de cette personnalité pas assez affirmée ; mais le disque est prometteur.

Stephane

Indiepoprock (France)

(pour le lp autoprod : Honour and Disgrace 2001) Pochette en noir et blanc… L’artiste seul face à l’immensité de la nature… Le décor est planté : « Honour And Disgrace », le premier album de Tino, respire la mélancolie, ne serait-ce que par son aspect visuel. Et la musique n’apporte aucune contradiction à ce premier constat, bien au contraire. Appliquant à la lettre l’adage « On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même », Tino s’est occupé de tous les instruments sur les 11 chansons qui composent « Honour And Disgrace », ce qui renforce sans aucun doute le sentiment de solitude qui plane sur cet album. Sur des rythmes électroniques et des samples très bien choisis (« Fishbody Country », « A Ride In The Mountains »), Tino égrène avec délicatesse ses notes de guitare, accompagnées parfois de légères et subtiles touches de clavier des plus agréables. Les textes, chantés par une voix dont les intonations rappellent parfois celle du chanteur de Married Monk, sont évidemment, eux aussi, sinistres et pessimistes ; mais ils doivent être pris au second degré, précise Tino… Grâce à des chansons humbles, sans aucune fioriture et longueur inutile, Tino s’impose déjà comme un songwriter prometteur et très talentueux, capable de composer de véritables petites perles lo-fi (« A Snake In His Eyes » ou le superbe titre acoustique « The Bad Old Punk »). Si vous aimez la musique mélancolique, ne passez pas à côté de cet artiste aussi talentueux que prolifique, puisque son deuxième album est déjà sorti. On en reparle donc très prochainement, c’est promis.

Laurent

Indiepoprock (France)

(pour le lp : Tenderness and Lust 2001) Tino revient, à peine trois mois après son premier essai « Honour and Disgrace », avec un nouvel album autoproduit intitulé « Tenderness and Lust ». Les différences semblent d’ailleurs minimes entre ces deux opus : même visuel en noir et blanc, une mélancolie toujours présente. Pourtant, il ne faut pas se fier à cette première impression. Bien servi par une production et des arrangements nettement meilleurs que sur « Honour and Disgrace », Tino semble avoir pris confiance en ses évidents talents de compositeur. Cela se traduit notamment sur des titres minimalistes épurés très réussis (« Fuck the city », « Links », « Outside is dangerous », « Lucy », « Skylab »). Tino n’a cependant pas abandonné les samples et les rythmes électros. Et lorsqu’il s’en sert, c’est pour donner une dimension trip-hop à ses chansons, notamment sur l’extraordinaire « The Afghan Exile », dont le texte intelligent et concerné évoque les talibans et l’opposant Ahmed Shah Massoud. Tino se laisse même aller à des expérimentations électros sur « Trauma (to Gillian Wearing) », preuve, s’il en était encore besoin, de la maturité de ce deuxième album. En résumé, on pourrait dire que, en plus d’être très talentueux, Tino est aussi prolifique que Beck (à ses débuts) et aussi mélancolique qu’Arab Strap. On a déjà vu des références et des influences plus embarrassantes.

Laurent

Sodapop (Italie)

Vincent Seguret è il mentore dell’operazione Tino e Another recs. Il suo è un cantautorato di buona fattura che trasuda momenti alla Nick Cave & friends cantato in un inglese con forte accento francese, con quel nonsocchè di stentato e curioso. Peccato solo per le batterie elettroniche che sfigurano nel confronto con un batteria spazzolata che si può facilmente immaginare… Altro referente diretto è l’Aidan Moffat degli Arab Strap. Specie quando si parla di birre… Ma i francesi non bevevano solo vino rosso e pernod? :-) Qualche filino di anni ’80, Smiths e Smog. Il secondo CD non fa che aumentare i referenti anni ’80 vista la produzione molto d’epoca… Un buon ascolto di entrambe le uscite è permesso. Temo che, alla lunga, possa un po’ stufare… Da notare Outside Is Dangerous, il pezzo migliore delle due raccolte. L’utilizzo piuttosto poco esaltante dell’elettronica nei dischi solisti sfocia in questo EP strumentale a nome Architectonic #33. Sicuramente qui ci sono elementi di interesse maggiori che nel resto della produzione. Bella e d’effetto la seconda traccia e la già citata radiocronaca. Ottimo lavoro, da migliorare ancora, ma ottima partenza.

Matteo Casari

Tobozo (France)

Tino Stalone met son album à disposition sur Jamendo. Un rock épuré, la voix proche de Nick Cave enveloppé par des sons rappelant Cure et une ambiance généralement sombre et désesprée. Les morceaux sont construits pourtant avec un entrain joyeux et lancinant. Tout l’album se laisse écouter dans une douce torpeur où parfois viennent s’insinuer des effluves de bonheur.

Download PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *