Je t’avais dit : ne viens pas avant midi, au paradis

Couverture4ème de couverture :

Du double jeu du tu il est ici question.
D’un tu qui est l’autre du dialogue, l’étranger qu’on invite à sa table et qu’on reçoit comme un dieu en voyage.
Comme un frère.
Comme celui qui n’est qu’un je déguisé, le masque à qui tu t’adresses et qui parle comme personne, qui te lance, quand tu arrives en avance au banquet : « Je t’avais dit pas avant midi ! »

Ce texte n’est pas un journal de deuil.
Tu n’aimes pas le mot deuil. Le travail de deuil : trop technique.
Tu préfères le chagrin.
Habiter ton chagrin.
Et c’est ce que tu fais.
En poète.
Et c’est ce qui te rend vivante.

Denis Montebello


Lisez 3 pages extraites du livre en cliquant ici