Une séance chamanique avec l’esprit des commérages

J’extrais du livre de Morten Axel Pedersen, Not Quite Shamans. Spirit Worlds and Political Lives in Northern Mongolia, Cornell University Press, 2011., sur des Darhad de Mongolie, cette description hallucinée d’un rituel mené par la chamane Nadmid Udgan, personnage récurrent de l’ouvrage, auprès de ses clients, dont une jeune fille timide qui, on va le voir, n’en mène pas large. Pour la compréhension du texte, précisions que l’ongon est ici l’esprit qui se manifeste dans le corps de la chamane, et qu’il s’agit d’un esprit particulier, Ders Shig Yum, qui se situe assez bas dans le “panthéon” chamanique (lequel panthéon n’a rien d’une hiérarchie stricto sensu d’ailleurs), et qui se caractérise par sa propension à écouter et répandre des commérages. La chamane est secondée par une “interprète” qui traduit pour l’assemblée les bruits, chuchotements et cris proférés par (ou via) Nadmid Udgan durant la séance. Le rituel consiste en une succession de manifestation d’esprits, chacun étant appelé en quelque sorte par chaque client venu assister à la cérémonie et demander de l’aide. Certains de ces clients viennent de fort loin (il y a par exemple un businessman de Oulan Bator).

(L’esprit qui se manifestait désormais dans le corps de la chamane était celui de) Ders Shig Yum, l’ongon agité de Touva, brièvement mentionné au chapitre 4. Au lieu de tenir son tambour dans la position verticale habituelle et de danser en demi-cercles lents et répétitifs, Nadmid Udgan, lorsqu’elle fut saisie par Ders Shig Yum, poussa maladroitement le tambour loin de son corps à l’horizontale et se mit à tourner autour d’elle tout en jouant du tambour de plus en plus violemment. À en juger par la réaction des gens, c’était extrêmement drôle. Pendant ce temps, la voix stridente et plutôt menaçante de l’esprit remplissait l’air, communiquant le nom de la personne dans le public qu’elle recherchait. Selon l’ “interprète”, qui avait écouté les “mots prononcés” pendant un bon moment, cette personne était une adolescente à l’air timide, assise derrière ses parents dans un coin éloigné de la pièce comme si elle se cachait.

Simplement terrifiée, la jeune fille était maintenant guidée vers le centre de l’hoimor, où la divination obligatoire à la baguette (zaya töörög üzeh) était initiée. Le chaman est censé jeter sa baguette trois fois sur la couture du deel du client agenouillé, en utilisant le côté (tal) tourné vers le haut comme outil pour déterminer le destin du client (zaya). Chaque fois, le client doit rendre la baguette au chaman en disant les mots “töörög, töörög“. Dans ce cas particulier, cependant, aucun son n’a été émis. La famille de la jeune fille et d’autres personnes ont essayé de l’encourager (“Allez, maintenant, dis simplement ‘töörög, töörög!‘”), mais en vain. En réponse, le chaman/esprit a commencé à picorer, comme un oiseau, la silhouette boudeuse sur le sol, comme s’il était confus sur ce qu’il fallait faire avec un enfant aussi récalcitrant. Tout le monde riait, sauf la jeune fille. Finalement, elle a réussi à murmurer les mots nécessaires. Mais la moquerie était loin d’être terminée. Le chaman/esprit se pencha alors et, en plaçant son oreille de façon provocante juste à côté de la bouche de la fille, fit comprendre à cette dernière qu’elle n’avait pas parlé assez fort. La jeune fille a donc répété les mots, cette fois-ci un peu plus fort mais aussi de manière plus hystérique. Le chaman s’est alors levé, a recommencé à tourner et à jouer du tambour, et a crié, en imitant de façon moqueuse la voix tremblante de la jeune fille : “töörög, töörög, HI HI HI, töörög, töörög, HA HA HA“.

Le zasal proprement dit pouvait alors commencer. Forçant la tête de la jeune fille à se mettre en position de prière (dooshoo mörgöh), Nadmid Udgan hurla : “baahan, baahanbartsad baina aa !” (gros, gros obstacle !). La pauvre fille est alors soumise à un fouet soutenu avec la baguette, suivi par le chaman/esprit qui se plaint bruyamment : “Comment quelqu’un comme vous, qui est si jeune, peut-il avoir déjà perdu cinq ans de sa vie ? Pour une personne âgée, même cinq jours sont précieux, et maintenant regardez-vous ! Baahan, baahan.” La fille pleurait alors qu’on l’emmenait. Tous les autres étaient accablés de rires. Et le plaisir n’était pas fini, car Ders Shig Yum commençait maintenant à insulter les gens dans le public au hasard (ou du moins c’est ce qu’il semblait). Une de ses chansons, par exemple, insinuait que deux personnes du village de Tsagaan Nuur “se promenaient dans les collines” ensemble (avaient eu une liaison). Comme on pouvait s’y attendre, cela a déclenché une nouvelle explosion de rires dans le public, d’autant plus qu’un des prétendus amoureux était assis avec eux, accompagné de sa femme, de plus en plus en colère. Peu après, l’esprit s’est éloigné de Nadmid Udgan.

Les esprits des commérages (“gossip spirits“) ont été considérés de tous temps comme étant dotés de la plus grande plasticité. D’une part, ils se trouvent tout en bas de la hiérarchie ancestrale des esprits chamaniques : le fait qu’ils soient désignés comme “choses” (yum) indique qu’il leur manque le pedigree des esprits claniques “Père” et “Mère”. Deuxièmement, la plupart des esprits à commérages, comme les chamans qui les maîtrisent, sont des femmes. Enfin, facteur indissociable de leurs caractéristiques non ancestrales et féminisées, les commérages sont imprégnés d’une nature hyper-fluide, car contrairement à d’autres, ils sont véritablement omniprésents. Ainsi, les commérages n’ont pas besoin du corps des esprits aidants zoomorphes pour voyager, comme le font les autres esprits gardiens. Ils se déplacent en toute liberté. En fait, peut-être devrions-nous considérer ces entités occultes comme de simples commérages, car tout comme les commérages, et pour la même raison les “joke songs”, elles sont constituées d’unités détachables de la parole d’un auteur en mouvement constant d’un domaine social à l’autre. Il est vrai que, comme d’autres esprits chamaniques, les “gossip spirits” ne peuvent être audibles qu’à travers le corps des chamanes (qui agissent comme des “haut-parleurs”, pour ainsi dire). Mais comme me l’a dit Nadmid Udgan, en riant encore une fois, “il existe toujours une possibilité qu’un esprit bavard écoute ce que vous dites !”