Se perdre ou pas

Se perdre ou pas

Ce matin je brûlais d'envie d'explorer une nouvelle forêt. Ce n'est pas ce qui manque dans le Livradois. Après le petit-déjeuner, j'ai déployé la carte, et au terme d'une brève errance imaginaire, mon choix s'est porté sur une petite montagne au-dessus de Saint-Amant-Roche-Savine, à une vingtaine de minutes d'ici en…
Notes prises durant la déconnexion (vendredi II)

Notes prises durant la déconnexion (vendredi II)

Cinquième jour : une fébrilité palpable s’installe dans le village. Exceptés quelques anciens qui n’en ont pas l’usage, les autres habitants, privés d’internet et de téléphone depuis près d’une semaine, commencent à manifester des émotions variées. Une anxiété qui affleure sous l’air bravache de celui qui s’en passe très bien –…
Notes prises durant la déconnexion (vendredi)

Notes prises durant la déconnexion (vendredi)

Le village se trouve dans une sorte de petite cuvette, protégée des vents du sud par une forteresse et de ceux du nord par une jolie butte. Malgré ces remparts, quand la tempête parvient à se frayer un passage dans la rue principale, c’est un grand chambard là-dehors. Autre conséquence :…
Notes prises durant la déconnexion (jeudi)

Notes prises durant la déconnexion (jeudi)

Une joyeuse et impitoyable tempête s’est abattu sur le village lundi en fin de soirée. Depuis, les communications ont été pour ainsi dire coupées : internet, le téléphone fixe et le téléphone portable, ne fonctionnent plus, et dans bien des maisons, le soir, on ne voit plus scintiller par la fenêtre…
Maussade (des rideaux à la fenêtre)

Maussade (des rideaux à la fenêtre)

Maussade. Écrire trois pages dans la matinée. Les trouver pâteuses, molles, juste bonnes à jeter. Ciel grisâtre et brumeux, bas de plafond, entrecoupé de pathétiques averses. La jambe gauche qui se traîne : fichue arthrose. Un seul rendez-vous cette semaine, et on décline ici et là, et à peine poliment,…
Des chaussures pour marcher

Des chaussures pour marcher

De manière générale, je ne m’attache pas tellement aux objets. Les objets m’embarrassent, j’entretiens avec eux une relation d’inconfort, d’empêchement, ils me heurtent et je m’y cogne, et pour tout dire, ils prennent de la place, moi qui peine à trouver une place, et m’aliènent et me clouent au sol.…

Pynchon & moi

Quand j'étais gosse, disons vers l'âge de dix ans, j'avais une grande ambition littéraire : je m'étais lancé dans la composition d'un vaste roman d'aventures, une sorte de périple en montgolfière tout autour du monde, un monde assez bizarre avec des créatures dans des cavités souterraines, des arrières et des…

Nuit blanche avec Damascius

Mal dormi la nuit dernière. Je relis les notes prises dans la marge du Traité des Principes de Damascius (j'essaie d'écrire une introduction pour d'éventuels lecteurs du grand philosophe platonicien).   Note étrange, Damascius & Thomas Bernhard : La pensée croit faire un pas en avant, mais à peine se…
Des promenades

Des promenades

La promenade a sur les pensées que l'on pense des effets variés. Jean-Jacques Rousseau, qui cherchait la paix de l'âme, se voyait souvent assailli de funestes pensées, tandis qu'il marchait sur l'île Saint-Pierre. Le lecteur des Rêveries du promeneur solitaire sait fort bien que le titre est trompeur, et qu'en…
Une des bouches de l’enfer

Une des bouches de l’enfer

Les peaux parcheminées, le teint de cire, légèrement courbés vers l'avant, ils étudient les motifs du carrelage au sol, attendent leur tour, tripotent dans une de leurs poches quoi ? Le porte-monnaie, quelques billets, une carte bancaire. Faudrait pas que la carte soit rejetée, songé-je, pas ici, pas maintenant. Sur…